Comme tout le monde, l’enfant qui a un diabète doit avoir une alimentation équilibrée. Les besoins alimentaires sont les mêmes et cette alimentation est conseillée au reste de la famille. Il n’est donc pas nécessaire de faire des menus à part.

Les entretiens avec le médecin et le (la) diététicien(ne) permettent d’évaluer les habitudes alimentaires de la famille. S’il n’y a des erreurs alimentaires, c’est l’occasion de les corriger. Sinon, il n’y a pas grand-chose à changer.

Pour toute la famille

Parler de l’alimentation est nécessaire car l’alimentation:

  • est importante dans la vie,
  • a un effet sur la santé,
  • fait varier la glycémie.

L’alimentation équilibrée apporte tous les aliments.

Dans les aliments, on trouve ce dont on a besoin pour vivre et grandir : les glucides, les lipides, les protides, les minéraux, les vitamines et l’eau.

Les glucides et les lipides sont les deux grandes sources d’énergie pour le travail musculaire et intellectuel.

Les protides (ou protéines), les minéraux et les vitamines sont indispensables à la construction et au fonctionnement du corps :

  • les protides dans le muscle
  • le calcium pour les os
  • le fer pour les globules rouges
  • les vitamines pour la forme

Les fibres règlent l’appétit et facilitent la digestion des aliments dans l’intestin.

L’eau assure la circulation

Les aliments sont classés en 6 groupes en fonction de ce qu’ils contiennent

  • Féculents, produits céréaliers et légumes secs : pain, riz, pâtes, maïs, semoule, pomme de terre, farine, lentille ; haricots secs….
  • Légumes et fruits frais, secs et oléagineux : carotte, brocoli, champignon, poire, ananas, datte, figue, amande, noisette…
  • Produits laitiers : lait, yaourt nature, fromage blanc nature, fromage…
  • Viande, poisson, œuf : steak, jambon, saumon, sardine, saucisse, rillettes…
  • Matières grasses : beurre, margarine, huile, crème fraîche…
  • Produits sucrés et sucre : sucreries et boissons sucrés, bonbons, confiture, sirop, soda, gâteau, tarte, pâte à tartiner, yaourt sucré, chocolat…
  • Eau : eau nature, thé, café, infusion…

L’alimentation équilibrée est répartie en trois repas principaux

Les aliments des divers groupes sont associés pour composer des repas équilibrés.

C’est un vrai repas indispensable. On mange suffisamment en prenant son temps. On compose son petit-déjeuner avec :

  • un produit laitier
  • un féculent
  • des matières grasses
  • un fruit
  • éventuellement un produit sucré

On choisit des aliments de chaque groupe, sans oublier les légumes et les fruits, généralement répartis en entrée, plat principal et dessert. Les aliments glucidiques (féculents, pain, fruit…) sont présents à chacun des deux repas, en quantités peu variables d’un jour à l’autre.

La quantité de légumes peut être augmentée en fonction de l’appétit. On prend son temps et on mange sans excès. Les règles s’appliquent pour les repas à la maison, aussi bien qu’à l’extérieur (école, snack, restaurant).

Le goûter est une solide habitude culturelle, mais ce n’est pas un repas indispensable. On compose son goûter avec un produit laitier, un féculent et un fruit

L’alimentation équilibrée apporte les aliments en quantité adaptée aux besoins

En quantité suffisante mais sans excès. Le besoin varie en fonction de l’âge (la croissance), de l’activité physique et de l’individu.

L’alimentation équilibrée, c’est aussi

  • Manger assis autour d’une table, en prenant le temps.
  • Manger dans le calme, sans avoir une autre occupation, pour apprécier le repas.
  • Faire de vrais repas, bien espacés les uns des autres.
  • Garder les produits sucrés pour la fin du repas, occasionnellement.

Attention aux mauvaises habitudes

  • Sauter un repas
  • Manger debout
  • Manger n’importe quand
  • Consommer bonbons et friandises n’importe quand
  • Manger vite
  • Manger devant la télé
  • Grignoter
  • Consommer des boissons sucrées

Attention à l’équilibre alimentaire

Aujourd’hui, souvent, l’alimentation n’est pas équilibrée.

Les erreurs à éviter

Trop de calories, aliments gras, aliments protidiques, produits sucrés, sel
Pas assez de féculents, fruits et légumes, lait et produits laitiers, eau

Les recommandations

  • Les féculents et produits céréaliers à chaque repas
  • 5 fruits et légumes par jour
  • Les légumes à volonté
  • Les produits laitiers à chaque repas (3-4 par jour)
  • Viande, poisson, oeuf une ou deux fois par jour
  • Poisson une ou deux fois par semaine (acides gras insaturés)
  • Les graisses en quantité limitée
  • Charcuteries et fromage à consommer avec modération
  • Assaisonner et cuisiner avec peu de matières grasses : au court-bouillon, à la vapeur, au gril, en papillote, au four…
  • Les produits sucrés occasionnellement (dans un repas équilibré)
  • Les boissons sucrées à éviter
  • L’eau est la seule boisson indispensable

Alimentation et diabète

L’alimentation équilibrée est importante pour l’enfant qui a un diabète, comme pour tout le monde. Les besoins alimentaires sont les mêmes. Cette alimentation est recommandée pour toute la famille. Il n’est donc pas nécessaire de faire des menus à part, ni d’acheter des produits spécifiques.

Les entretiens avec le médecin et le (la) diététicien(ne) permettent d’évaluer les habitudes alimentaires de la famille. S’il y a des erreurs alimentaires, c’est l’occasion de les corriger ; sinon, il n’y a pas grand-chose à changer.

Qu’est ce qui change avec le diabète ?

Lorsque l’on n’a pas de diabète, le pancréas adapte la quantité d’insuline aux besoins. Entre les repas et pendant la nuit, le besoin en insuline est faible et régulier. A chaque repas, il faut plus d’insuline pour empêcher la glycémie de trop monter : la quantité d’insuline dépend de l’apport en glucides.

Quand on a un diabète, le rythme de vie et les besoins en insuline sont identiques à un enfant sans diabète. Mais une fois que l’insuline est injectée on ne peut pas manger n’importe quand, n’importe quoi. L’administration d’insuline est adaptée aux horaires et à la composition des repas.

Pas n’importe quand

L’administration d’insuline est liée aux horaires des repas

L’insuline (analogue rapide) agit immédiatement. On mange tout de suite après les injections (pas plus de 10 minutes après). On ne saute pas de repas. Sinon, on risque l’hypoglycémie.

Au goûter, on fait une injection d’un analogue rapide de l’insuline avant le goûter. Sinon, on prend un goûter léger (avec peu ou pas de glucides) ou on ne goûte pas. Il est possible de prendre  un goûter plus consistant en cas d’activité physique importante.

Avec certains schémas de traitement, on prend une collation dans la matinée pour éviter l’hypoglycémie. On prend une collation au coucher (ou au moins 3 heures après l’injection du soir), si la glycémie est inférieure à 1,20 g/l, pour éviter une hypoglycémie la nuit.

  • On peut prendre une collation plus importante en cas d’activité physique.
  • On compose sa collation avec des aliments glucidiques pratiques à emporter.
  • On choisit la collation selon l’âge de l’enfant et son activité physique habituelle.

Pas n’importe quoi

Dans l’alimentation, ce sont surtout les aliments glucidiques qui font monter la glycémie. Les glucides sont transformés en glucose par la digestion. Le glucose est absorbé au niveau de l’intestin et passe dans le sang (la glycémie).

Les glucides sont en quantité variable dans les féculents, les produits céréaliers et les légumes secs, les fruits et les légumes, le lait et les aliments au goût sucré : fruits secs, desserts lactés, pâtisseries, sucreries et boissons sucrées.

On compose ses repas pour que la quantité de glucides varie peu d’un jour à l’autre. On peut prendre un dessert sucré à la fin du repas, de façon occasionnelle, à condition que le repas reste équilibré. Quand on prend un dessert sucré, on diminue la quantité de féculents ou on diminue la quantité de pain ou on augmente la dose d’insuline rapide avant le repas.

Les équivalences glucidiques

On peut échanger les aliments au sein d’une même famille en gardant la même quantité de glucides du repas d’un jour à l’autre : ce sont les équivalences en glucides.

Les aliments

Les aliments qui contiennent des glucides (glucidiques)

Les glucides sont la source principale d’énergie pour le travail musculaire et intellectuel

Féculents et produits céréaliers (aliments au goût farineux)

Les féculents et les produits céréaliers constituent la principale source de glucides (amidon): la base de notre alimentation. Ils contiennent aussi des protéines, des vitamines, des minéraux et des fibres. Les féculents et les produits céréaliers complets contiennent plus de fibres et de vitamines.

Les légumes secs sont des aliments glucidiques riches en protéines (lentilles, haricots blancs, haricots rouges…).

Légumes et fruits

Les légumes contiennent peu de glucides, des vitamines, des minéraux et beaucoup de fibres.

Les fruits frais contiennent des glucides, des vitamines, des minéraux et des fibres en quantités variables.

Les fruits oléagineux contiennent peu de glucides et beaucoup de graisses (surtout insaturées).

Les fruits secs sont très concentrés en glucides et contiennent en plus des minéraux, des vitamines et des fibres.

Lait et produits laitiers

Principale source de calcium, le lait et les produits laitiers apportent aussi des protéines et plus ou moins de glucides et de lipides

Le lait contient des glucides (lactose).

Le fromage contient beaucoup de lipides (graisses cachées – acides gras saturés).

Les laitages « nature » contiennent peu de glucides.

Les desserts lactés sont des produits sucrés.

Aliments au goût sucré

Les produits sucrés contiennent principalement du sucre et ne sont pas indispensables. Une consommation excessive favorise le surpoids.

Les sucreries et les boissons sucrées ne contiennent que du sucre.

Les autres produits sucrés contiennent une quantité importante de sucre. Certains sont associés à des glucides complexes (amidon), des protéines, des lipides.

Les matières grasses

Elles ne contiennent que des lipides.

De nombreux aliments des autres groupes contiennent des lipides. Lait, viande, charcuterie, plat préparé du commerce, gâteau, glace. Pistache, noisette, noix, amande… Il s’agit des graisses cachées

Les fruits oléagineux, ils sont riches en lipides (acides gras insaturés).

Les aliments qui contiennent des protides (protéines)

Les protides (ou protéines) sont indispensables à la construction et au fonctionnement du corps.

Viande, poisson, oeuf : Ce sont les principaux aliments riches en protéines. Ils ont une teneur variable en lipides (graisses cachées). Certains de ces aliments sont également riches en fer.

Les charcuteries contiennent beaucoup de lipides (acides gras saturés).

Le lait et les produits laitiers : Ce sont des sources importantes de protéines.

Les aliments qui contiennent des fibres

Les fibres règlent l’appétit et facilitent la digestion des aliments dans l’intestin.

  • Les légumes et les fruits :
    • Les fruits frais
    • Les fruits secs
    • Les légumes frais
    • Les légumes secs
  • Les féculents et les produits céréaliers complet